Le sens de l’innovation

Roberto Masiero est archi­tecte et fut pro­fes­seur d’Histoire de l’architecture à l’IUAV de Venise. Il a étu­die les tech­niques de construc­tion et les phé­no­mènes esthé­tiques de la moder­nité et du contem­po­rain. Il a déjà publié sur Sil­via Gmür et Livio Vac­chini plu­sieurs livres.

Cet essai a été publié pour la pre­mière fois en Ita­lie en 2017. Il est com­plété par une pré­face de l’architecte Vit­to­rio Gre­gotti et une post­face du phi­lo­sophe Marco Assennato.

Se déve­loppe une réflexion sur les liens entre archi­tec­ture, art, phi­lo­so­phie et poli­tique à par­tir de la mai­son de Paros de Sil­via Gmür et Livio Vac­chini. Pour Masiero, elle est consi­dé­rée comme une “machine à pen­ser”, une leçon d’architecture qui per­met de déga­ger diverses ques­tions en plu­sieurs domaines.

Cette mai­son de Paros, au sein même de son appa­rente sim­pli­cité, répond à bien des ques­tions qu’un archi­tecte se pose. Elle per­met de com­prendre le fait de voir, le fait de sen­tir. Et Roberto Masiero nous pro­pose son inter­pré­ta­tion, sa réflexion sur la recherche de per­fec­tion et par un ques­tion­ne­ment per­pé­tuel des prin­cipes fon­da­men­taux de l’architecture et de sa construc­tion. Il pousse ainsi à tra­vers l’exemple de cette mai­son et jusqu’à l’extrême le sens de l’innovation entre des pro­lé­go­mènes et leurs conséquences.

jean-paul gavard-perret

Roberto Masiero, Une machine à pen­ser — La mai­son de Paros de Sil­via Gmür et Livio Vac­chini, édité par Michela Maguolo & Clau­dia Mion, Pré­face de Vit­to­rio Gre­gotti, Carya­tide / Cosa Men­tale, Paris, mars 2022, 128 p. — 18,00€.

article paru à l’origine sur www.lelitteraire.com