Contributions des professeurs de philosophie de l’académie de Rennes

Un abîme sans fond : le Moi au royaume du signifiant

Dans un texte célèbre des Pensées aux résonances étonnamment bouddhistes, Pascal s’adonne à une mise en abîme vertigineuse du Moi qui infléchit la thématique du moi haïssable du côté d’une ontologie du politique, d’une métaphysique de l’apparence. Au sortir de cet éprouvant exercice de régression à l’infini auquel le contraint l’écriture pascalienne, le lecteur se retrouve nu, exsangue, sur la grève des questions sans réponses, d’autant plus groggy qu’il ne s’attend pas à ce que la question la plus intéressante qui soit - l’amour – ait un tel pouvoir de sidération…

Murray Leinster, Un Logique nommé Joe

Joe, une machine qui vous veut du bien ?

A la lec­ture de ces 35 pages, on se dit que la nou­velle de Mur­ray Leins­ter tra­hit en quelque sorte le concept de dys­chro­nie (don­nant son nom à cette col­lec­tion) pour mieux faire valoir sa vérité intrin­sèque : en ima­gi­nant en 1946 de façon ô com­bien pro­phé­tique ! un monde où les ordi­na­teurs indi­vi­duels (les « logiques »), à par­tir de sys­tèmes archaïques à nos yeux, s’associent en réseau et se pro­posent de répondre à abso­lu­ment toutes les ques­tions, quitte à empié­ter sur la vie pri­vée des autres, l’auteur ne nous pré­sente pas fina­le­ment un monde où les chan­ge­ments his­to­riques liés à un « point de diver­gence » (voir par exemple La Sépa­ra­tion de C. Priest) ont abouti à une situa­tion de cau­che­mar selon notre per­cep­tion …puisque ce monde n’est autre que le nôtre en 2020 !