Avec le numérique éducatif, le risque est grand de donner une place centrale à l’outil plutôt qu’à l’usage. De même, confronté à l’obligation de partage des tablettes au sein des équipes pédagogiques, il nous semble indispensable d’optimiser leur partage. En combinant, fiche papier, tableau collaboratif et autoscopie numérique, nous vous proposons une illustration qui cherche à ne pas tomber dans ces différents écueils.

L’article propose les différentes phases d’une utilisation efficiente et confortable, des tablettes iPads en EPS, respectant les besoins de nos élèves en EPS :

  • l’inclusion : tous les élèves doivent pouvoir bénéficier d’un contexte stimulant parce qu’équitable. La course au temps avec des distances différentes à parcourir en fonction de son potentiel, rend le contexte plus juste et respecte la logique de la confrontation inter-individuelle.
  • la reconnaissance : l’outil numérique hudl technique permet à l’élève, de construire de manière plus fiable et plus concrète les preuves de sa réussite.
  • un climat de classe sécurisé : l’autoscopie apporte des preuves tangibles susceptibles d’apaiser les conflits entre les élèves et avec l’enseignant, sans les neutraliser.
  • un cadre auto-référencé : l’utilisation de l’autoscopie numérique et des outils de repérage permet à l’élève de se situer efficacement dans ses apprentissages.
  • des espaces collaboratifs autour du tableau ou de tablettes iPads partagées.

Dans l’état actuelle de la situation, des pistes d’amélioration sont envisagées mais le poids du numérique ne doit pas nuire à la fluidité ou l’efficacité de la démarche. C’est pourquoi, elles ne sont pas développées. Libre aux curieux de se documenter et d’ouvrir une indispensable culture du numérique, ouvrant de nouvelles opportunités.

Voir en ligne : Retrouvez nous sur pearltrees